Décryptage

A quoi ressembleront les bureaux de demain ?


Capital humain
Download PDF

 « Transparence, transversalité, ouverture » : dis-moi ou tu travailles, je te dirai qui tu es. A la question « comment les entreprises peuvent-elles améliorer la qualité de vie au travail de leurs collaborateurs ? » Emmanuelle Duez, celle qui murmure à l’oreille des grandes entreprises, répond : « l’environnement de travail, le mobilier et l’immobilier sont les déterminants les plus concrets ». La fondatrice de The Boson Project, qui accompagne les entreprises françaises à mieux comprendre les attentes de leurs jeunes salariés, nous ouvre les portes des bureaux de demain.

Le cadre de travail comme accélérateur de changement managérial

 

« Résoudre les problèmes de culture d’entreprise grâce au cadre de travail »

Le premier constat est encourageant : le cadre de travail est un levier permettant de rectifier les dysfonctionnements des cultures d’entreprise. Encore faut-il poser le bon diagnostic.

 « Nous avons eu un cas d’école, une entreprise qui avait 50% de turn over. Six mois après notre intervention, le turn over était endigué et le temps de livraison des projets avait été divisé par deux ».  Comment ça marche ? « Nous avons réalisé des entretiens anthropologiques et identifié une forte méfiance à l’égard de la direction et une dislocation du corps social. Nous devions montrer avec les nouveaux locaux que demain serait différent d’aujourd’hui ». Pour y remédier, The Boson Project propose de démolir les cloisons ou de les rendre transparentes, et d’installer les bureaux des chefs au cœur de l’entreprise, dans un salon entouré de verre.  Pour favoriser les échanges et obliger les collaborateurs à se croiser dans un espace commun, l’équipe d’Emmanuelle travaille également sur les flux de circulation : « nous avons proposé un espace partagé qui prend un tiers de l’espace total, une cuisine ouverte plébiscitée par les collaborateurs de tous les âges et des salles de réunions toutes différentes, qui donnent envie d’être découvertes ». Pour apaiser les tensions : « du bois ! »

Et à chaque mauvaise pratique culturelle, un remède « matériel ». Une entreprise trop statique ? « Pourquoi pas du mobilier à roulettes ou des tables de réunions hautes, qui exigent que les séances de travail se tiennent debout ». Dans les entreprises trop silotées dans lesquelles les départements peinent à communiquer, Emmanuelle repense l’emplacement des bureaux : « nous ne les mélangeons pas mais nous les mettons à côté ».

Inscrire dans les murs les valeurs d’une entreprise

La plupart du temps, le changement du cadre de travail précède un changement managérial. En touchant à l’environnement des collaborateurs, c’est en réalité leur façon de travailler qu’on modifie. Emmanuelle Duez parle de ce besoin d’ancrer dans les murs les choix managériaux de l’entreprise, ses valeurs de travail : « beaucoup d’entreprises décident d’inscrire leurs valeurs sur les murs, pour ancrer leur mode de fonctionnement en reprenant les valeurs cardinales de l’entreprise ».

Parmi les valeurs que l’on retrouve de plus en plus, l’échange et le collaboratif. « Cette tendance est très présente dans le milieu des start-ups. Il est de plus en plus courant de faire co-designer les bureaux par les salariés. Les collaborateurs interrogés préfèrent souvent voir leur espace personnel diminué au profil d’un plus grand espace collectif ». C’est ce qu’Emmanuelle Duez appelle la « transversalité » : « c’est la clé des entreprises performantes de demain. Les collaborateurs travailleront en projets transversaux et la gouvernance suivra ». Et cette ouverture ne se borne pas aux collaborateurs mais s’applique également « aux autres », à l’extérieur : « les employés demandent des cantines ouvertes à l’extérieur, des conférences durant lesquelles des personnalités externes sont invitées à partager leur expérience ».

Une ouverture entre les bureaux et vers l’extérieur qui préfigure déjà l’entreprise de demain.

 

A quoi ressembleront les bureaux de demain ?

 

« L’environnement de travail est une caisse de résonnance des nouveaux comportements ». En observant de près les modes de travail des millenials, The Boson Project voit se dessiner le cadre de travail de demain. A quoi devons-nous nous attendre ?

« Work smart » : l’environnement flexible plébiscité

Le sujet favori des millenials ? La flexibilité. « Les millenials plébiscitent un environnement flexible fait de lieux différents : petites salles de réunion, open spaces, bureaux plus isolés et grands salons. Ils veulent pouvoir changer d’atmosphère de travail selon leur besoin : se concentrer, échanger, être stimulé etc. ». Pour accompagner cette flexibilité, une connexion internet partout dans l’entreprise permet de travailler différemment et favorise la créativité.

L’avènement des bureaux responsables

« Les millenials veulent un espace de travail responsable ». Responsabilité environnementale, avec des idées qui jaillissent d’indépendance énergétique, de tri, d’espaces verts prédominants et d’aide à l’achat de vélos, mais également responsabilité sociale. Les salariés souhaitent en effet de plus en plus vivre dans une entreprise ancrée localement, qui échange avec son écosystème direct, permet aux visiteurs de venir prendre un café et crée des liens avec les associations avoisinantes.

Un lieu inspirant pour innover

Directement hérité du besoin d’échanges avec son écosystème, les millenials demandent une porosité de leur entreprise avec le milieu stimulant des start-ups : cela passe par des entrepreneurs qui viennent pitcher dans l’entreprise ou des speakers externes invités à tenir conférence. Ce désir s’exprime jusque dans l’offre de restauration, avec une appétence pour les start-ups de l’alimentaire qui livrent au bureau et autres food trucks qui posent leur bastion dans les jardins de l’entreprise. Le matériel informatique et les outils digitaux, eux-aussi, doivent respirer la modernité et inspirer l’innovation. Tout est bon pour sentir le dynamisme qui entoure l’entreprise.

Les millenials imaginent aussi des espaces inspirants dédiés à l’innovation : du knowledge lab au fab lab en passant par la simple créativité, rien de mieux pour innover que de sortir de la salle de réunion classique.

Le bureau, cette deuxième maison

« Se sentir bien ». Parce que l’on passe beaucoup de temps dans l’entreprise, on aspire à en faire notre deuxième maison. Cela passe par plus d’échanges avec les autres collaborateurs : des espaces communs décuplés, des cuisines ouvertes, mais aussi par des endroits pour se reposer comme des « salles de sieste ». S’agissant des services, là aussi les exigences deviennent plus fortes : cours de yoga, coachs sportifs et fruits mis à disposition gratuitement, les millenials veulent que « l’on prenne soin d’eux ».

Par ces exigences mobilières et immobilières, les millenials dessinent une entreprise de demain engagée, connectée, ouverte et servicielle. Une entreprise inspirante dans laquelle ils voudront s’engager.

Recevez tous les mois le Monthly Digest sur une actualité du Groupe.