Le Terrain

Fondation L’Oréal x UNESCO : 20 ans, plus de 3 000 chercheuses et 3 prix Nobel

horloge copy 7 Created with Sketch. 4 MIN


Audrey Azoulay

Depuis plus de 20 ans, l’UNESCO et la Fondation L’Oréal agissent ensemble pour mettre en lumière l’apport des femmes dans la science mondiale. La Directrice générale de l’UNESCO et ancienne Ministre de la Culture Audrey Azoulay explique comment elle entend conjuguer le « S » de l’UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization) au féminin.

Les femmes, priorité absolue du mandat

Lorsque vous êtes arrivée à la tête de l’UNESCO en novembre dernier, qu’avez-vous constaté en termes d’engagement de cette institution pour les femmes et la science ?

D’abord, rappelons que l’UNESCO est la seule institution des Nations Unies qui a fait de l’égalité hommes-femmes sa priorité absolue. Et cela, dans tous ses domaines d’intervention : les sciences mais aussi l’éducation, la culture et la communication.

Dans ce contexte, l’UNESCO n’a de cesse de reconnaître, d’encourager et de valoriser les multiples talents des femmes. Cela fait partie intégrante de notre mission, c’est notre ADN. Nous luttons chaque jour contre le triste constat que celles-ci représentent moins d’un tiers de la communauté scientifique dans le monde. Derrière cet engagement, une certitude : l’éducation des femmes est une question de droits fondamentaux. La moitié de l’humanité ne peut continuer à être laissée de côté ! Nous œuvrons avec nos partenaires pour que les jeunes filles et les femmes prennent conscience de leurs talents et puissent avoir accès à une éducation de qualité. C’est aussi une question sociétale de fond : la société dans laquelle elles vivent doit les reconnaître comme des pionnières, des actrices du changement. Pour lutter contre les stéréotypes de genre et les autocensures qui biaisent l’enseignement, nous avons mis en place une série d’outils qui permettent de prendre le pouls de ces évolutions.

Quelle est l’ambition du programme « Pour les Femmes et la Science » ?

Ce programme, essentiel à nos yeux, contribue à faire reconnaître l’excellence des femmes dans la recherche scientifique. Notre rôle, avec la Fondation L’Oréal, est de mettre en lumière les contributions de chercheuses d’exception et d’accompagner les vocations. En 20 ans, nous avons soutenu les projets de plus de 3 000 femmes, dont 3 ont obtenu un prix Nobel. Beaucoup continuent d’ailleurs à travailler avec l’UNESCO pour contribuer à renforcer les effectifs féminins en science et encourager les jeunes filles et les femmes à tracer leur chemin dans la science.

L’UNESCO et la Fondation L’Oréal : les secrets d’une collaboration de 20 ans

En quoi votre vision rejoint-elle celle du groupe L’Oréal ?

Nous voulons changer la donne. Aujourd’hui, seulement 3 % des prix Nobel scientifiques ont été décernés à des femmes, et une seule femme a reçu la médaille Fields en mathématiques. C’est trop peu, nous devons continuer à nous engager à faire connaître le rôle primordial des femmes scientifiques dans notre société, et à nous battre pour qu’elles évoluent dans un cadre professionnel épanouissant.

Pour être à même d’avoir un impact significatif et relever les grands défis de notre époque, les partenariats que nous construisons sont fondamentaux. Avec la Fondation L’Oréal, nous pouvons nous appuyer sur les ressources, le savoir-faire et les compétences d’une grande entreprise du secteur privé, qui opère dans le monde entier. L’UNESCO apporte de son côté son réseau d’expertise mondial et son expérience des grands enjeux sociétaux comme celui de la place de la femme dans tous les domaines.

Quel est l’apport concret de l’UNESCO dans ce programme ?

Le « S » présent dans notre acronyme évoque l’une de nos spécialités, unique aux Nations Unies : les sciences. En plus, les deux priorités de notre mandat sont l’égalité hommes-femmes et l’Afrique. Les objectifs sont clairs !

Concrètement, nous soutenons et aidons nos États membres dans la réalisation de leurs objectifs de développement durable, notamment en matière d’égalité des sexes. Nous disposons pour cela de vastes réseaux scientifiques, que nous mettons notamment à profit pour le programme Pour les Femmes et la Science. Une façon de lui donner une légitimité et une visibilité mondiale auprès des gouvernements, des universités et de la société civile.

Nous venons également de lancer avec la Fondation une nouvelle initiative qui vise à engager les hommes de la communauté scientifique dans ce combat. La mobilisation des hommes est primordiale pour éliminer les obstacles qui subsistent dans les carrières féminines, notamment pour l’accès aux postes à responsabilités, et pour encourager les jeunes filles à embrasser des carrières scientifiques.

Un message aux lauréates ?

Je souhaite rendre hommage aux lauréates de cette 20e édition, leur dire qu’elles sont des modèles de réussite, de résilience et d’ouverture dans un contexte qui ne leur est pas souvent favorable. Elles symbolisent le courage dont les jeunes générations, filles comme garçons, peuvent s’inspirer !

 

Fondation | mars 2018