Stratégie

L’Oréal implique les jeunes talents dans une démarche de transformation positive


Download PDF

Depuis 2012, L’Oréal participe au sommet annuel One Young World et y envoie chaque année une quarantaine de jeunes collaborateurs pour réfléchir sur les challenges de demain et mettre en place des projets très concrets de transformation au sein du Groupe. Responsable du projet chez L’Oréal, Rémy Simon nous explique cette démarche et la façon dont le Groupe accompagne les jeunes. Analyse.

One Young World : les jeunes salariés se bougent pour L’Oréal

 

Chaque année depuis cinq ans, L’Oréal participe à One Young World. Le Groupe y a déjà envoyé plus de 210 jeunes collaborateurs issus de tous les pays et de tous les métiers pour les sensibiliser et les inciter à agir sur la question du développement durable. « Parce qu’ils sont souvent les plus sensibles à ces problématiques, nos jeunes collaborateurs sont particulièrement bien placés pour faire bouger les choses », commence Rémy Simon.

Pour lui, One Young World agit à la fois comme une source d’inspiration et un catalyseur d’actions. Là-bas, à Bangkok, Ottawa, ou cette année à Bogota, les jeunes L’Oréaliens découvrent de nouvelles perspectives. Lors du Sommet, les délégués du Groupe rencontrent et côtoient des mondes très différents : « Des membres d’ONG, des jeunes d’autres entreprises, ou encore des personnalités publiques de renom. C’est ce mix qui crée cette richesse et les aide à prendre conscience des enjeux. » Résultat ? « Comme ils le disent eux-mêmes, c’est une véritable life-changing experience pour les participants. »

Mieux, les collaborateurs reviennent avec l’envie concrète d’être acteurs du changement. « Ils comprennent que faire partie d’un grand groupe peut démultiplier l’impact de leur action. Ils réalisent qu’il n’y a pas qu’en étant dans une ONG que l’on peut avoir un impact positif sur le monde. Ils prennent conscience qu’ils ont un rôle crucial à jouer dans l’entreprise et que chacun à son niveau a une influence, peut faire entendre sa voix et changer les choses. »

Tous reviennent transformés avec une véritable envie d’agir aussi bien à titre professionnel que personnel ». Rémy Simon ajoute : « Il est crucial de donner la parole à cette génération au sein de l’entreprise. Qu’ils puissent non seulement être écoutés, mais aussi influencer, être forces de proposition, d’action. Ils sont avant tout en recherche de projets qui ont du sens, qui apportent une vraie valeur ajoutée à leur métier. Ils veulent de l’agilité, de la rapidité et avoir un impact réel sur leur environnement. Tout cela est évidemment générateur de valeur pour nos organisations. »

A la recherche des leaders de demain 

 

Tous les délégués qui assistent au Sommet « sont choisis en fonction de leur capacité à transformer le Groupe, en particulier dans le domaine du développement durable. Ils sont identifiés comme des accélérateurs de changement. »

Comment sont-ils sélectionnés ?  « C’est une combinaison entre des jeunes nommés par les équipes Ressources Humaines, et un système de candidatures internes sur la base d’un appel à projets mondial sur la thématique du développement durable. Les jeunes managers soumettent une idée à un jury composé des équipes RH et RSE. Cette année 1600 appels à candidatures ont été lancés à travers tous les pays et six projets ont été retenus ! »

Un accompagnement solide par le Groupe pendant et après le Sommet

 

L’action de L’Oréal ne se limite pas à envoyer la quarantaine de jeunes délégués à One Young World. Si, pendant le Sommet, ils s‘inspirent, s’imprègnent et réfléchissent à la manière de faire réussir leur idée au sein de l’entreprise, ils sont accompagnés également à leur retour. « Pour eux c’est un véritable engagement sur la durée. En revenant du Sommet, ils travaillent en groupes multi-pays, multi métiers. Une telle diversité est ultra enrichissante pour tous. »

Ils ont ensuite l’opportunité de présenter leur projet directement à Jean-Paul Agon, le PDG du Groupe. Chacune des équipes a un sponsor qui les conseille et les encadre pour que les projets soient soutenus, dès l’origine, par les équipes qui les prendront en charge opérationnellement. « Le sponsor a un rôle de facilitateur. Il met les équipes en contact avec les collaborateurs nécessaires à la réalisation du projet, suit régulièrement son avancée et leur ouvre le maximum de portes. En bref, il aide à ce que le projet devienne opérationnel. »

Une vingtaine de projets déjà réalisés sur l’environnement, la philanthropie, la qualité de vie au travail

 

Cinq ans après sa première participation à One Young World, le travail des jeunes délégués porte ses fruits. Au total, une vingtaine de projets ont déjà été réalisés. On peut ainsi citer Interngration, un programme de recrutement de stagiaires dédiés aux populations de jeunes refugiés qualifiés ou encore My Green Coach, une app pour engager individuellement les employés dans le programme de développement durable du groupe, Sharing Beauty With All. 

« La fierté, c’est de voir ces jeunes s’épanouir dans leurs projets. Et voir l’impact qu’ils peuvent avoir sur l’entreprise. En l’espace de seulement cinq ans, ils ont prouvé qu’ils pouvaient se faire entendre et construire des projets utiles pour le monde qui nous entoure et pour L’Oréal. » Le prochain défi ? « Ils représentent la voix des jeunes, et donc le futur de l’entreprise. Nous devons de plus en plus faire appel à eux comme testeurs de nouvelles idées, pour accompagner, conseiller certaines équipes, porter nos projets de changements ! » Et Rémy Simon de conclure : « Forts de leur expérience à One Young World, les jeunes se sentent habités par une cause. Cela donne un supplément de sens à leur travail, dont ils comprennent qu’il peut être inscrit dans un cadre porteur de valeur et utile. Nous faisons tout pour développer ce laboratoire de créativité et d’action ! »

 

Recevez tous les mois le Monthly Digest sur une actualité du Groupe.